Pêcher les pieds dans l’eau.

Dès 1er mai, prêt à pêcher les pieds dans l’eau ?

Dans le Jura en Suisse, la date du 1er mai revêt une importance particulière et cela non seulement pour marquer la fête du travail, mais aussi pour les pêcheurs des rivières du canton qui s’impatientent depuis l’automne passé, de pouvoir à nouveau pêcher les pieds dans l’eau.

Effectivement c’est à partir de ce jour que le règlement de pêche en rivière jurassien autorise la pêche depuis le lit de la rivière et ceci jusqu’à la fin de la saison régulière de la truite.

Pourquoi pas avant le 1er mai ?

Les raisons de cette réglementation sont assez logiques et ont été mise en place pour protéger le développement des populations d’ombres communs sur les cours d’eau du canton.

Actuellement l’ombre commun (thymallus) est dans une situation délicate en Suisse et le canton du Jura ne fait pas exception. Les pêcheurs ont donc décidé, par le biais de la règlementation de l’exercice de la pêche, de mettre deux actions en place. D’une part le prélèvement de l’espèce est momentanément suspendu par un moratoire et en second lieu l’interdiction de pénétrer dans le lit de la rivière durant la période de fraie de l’ombre.

Comment se porte les populations d’ombres au début de l’année 2021 dans le canton du Jura ?

Sur le Doubs, les observations en 2020 et en 2021 notent une amélioration notable de la quantité d’ombres. Depuis 2011 et la crise de la maladie fongique de la saprolégniose, la situation était devenue inquiétante et la réapparition régulière de poissons touchés par ce champignon durant les années suivantes ne laissaient augurer rien de bon. Cependant, comme on l’observe parfois avec l’ombre commun, la population c’est partiellement reconstruite depuis 2019 et il ne reste plus qu’aux amis des poissons d’espérer que la situation ne subisse pas un nouveau revers.

La Birse jurassienne quant à elle vit une situation quelque peu différente. Le secteur jurassien, qui était jadis favorable et prolifique en ombres communs dans les années 2000, en particulier dans la partie de rivière située entre Delémont et les Rides n’a depuis eu de cesse qu’une lente dégradation de la population de l’espèce. Il faut toutefois relever que bizarrement l’on observe régulièrement des ombres d’une taille variant entre 20 et 25cm, mais quasiment pas de poissons adultes. Cela semble d’autant plus inexplicable, que la Birse regorgeait de nombreux grands individus, d’une moyenne de 35 à 40cm. Cette situation nous laisse perplexe et cela serait-il peut être lié à un plan d’empoissonnement et de réintroduction de l’ombre du Rhin ?

L’Allaine ajoulote et la Sorne quant à elles sont deux petites rivières où l’ombre commun se porte relativement bien. De belles populations avec une échelle des âges relativement correcte y sont actuellement observées.

Et l’avenir ?

Si actuellement dans le Jura le temps est au beau fixe pour l’ombre commun, il ne faut toutefois pas oublier qu’il est un poisson délicat et qu’il fait face d’année en année à des menaces et des attaques de nouveaux genres. Les pollutions chroniques de nos cours d’eau et le réchauffement climatique sont un danger constant. Comme si cela ne suffisait pas, la surprotection et l’explosion des populations de cormorans et de Arles mettent une grande pression sur ces poissons qui entrent dans leur menu favori.

En conclusion

Si les pêcheurs n’ont actuellement plus aucun impact sur le développement des populations d’ombres, il faut cependant qu’ils se montrent respectueux en suivant les indications qui concernent la réglementation et en particulier l’alinéa régissant la pratique de la pêche avec les pieds dans l’eau.

Partager cet article